samedi 3 janvier 2009

Voilà, c'est fini...

Les fêtes sont finies même si les décorations restent en place (jusqu'aux Pères Noël accrochés aux façades et définitivement ridicules début janvier je trouve !), même si le week-end semble offrir un prolongement de liberté.

Photobucket

Noël est resté longtemps une épreuve, à force de vouloir bien faire, l'un ou l'autre des adultes finissait toujours par crier sur les enfants qui réagissaient chacun à leur manière mais la mienne m'a fait redouter très longtemps cette soi-disant fête des enfants...

Et puis les enfants ont grandi, les traditions sont restées, un peu figées, figures obligatoires même pas vraiment appréciées. Tout a changé lorsque les enfants ont commencé à devenir des parents bien sûr.

Photobucket

Les premières années étaient toujours de bonnes surprises : oui Noël pouvait être une fête familiale, une parenthèse agréable pleine d'images souriantes. Et puis le temps a passé, les obligations des uns et des autres, les belles-familles qui réclament leur tour, les familles qui s'agrandissent dans des murs pas vraiment extensibles, des divergences d'éducation, des cadeaux disproportionnés... et les tensions sont revenues, amplifiées sans doute par le souvenir des Noëls d'autrefois et de leurs larmes obligatoires...

Le nouvel an chez nous a toujours été l'affaire des grands, les enjeux n'étaient plus du tout les mêmes, juste une autre soirée sans les parents au fond. Une fois adulte, j'ai essayé exactement trois fois de participer aux fêtes de la Saint Sylvestre, mais jamais je n'ai pu y trouver du plaisir, pas même en tout petit comité. Alors exit le Nouvel An, n'en reste qu'un apéritif amélioré, un repas festif et le téléphone qui sonne à partir de minuit.

Cette année finalement les fêtes ont été plutôt réussies, sans doute parce qu'une bonne part d'imprévu s'y est mêlé. Beaucoup de mouvements, d'arrivées et de départs, de boissons et de rires, des cousins heureux, la surprise d'une journée de neige, pas mal de fatigue aussi et même un peu d'ennui. Un bon mélange pour apprécier le temps qui passe...

Photobucket

Mais l'après reste une période de flottement pas si agréable. Profiter du temps sans contraintes autres que celle du quotidien certes, mais aussi revenir à sa vie et à ce qui lui manque à nouveau un peu trop sensible.

Oui, finalement, ce sera bien de rentrer, de retrouver un rythme familier et rassurant, d'autres rapports. Il faudrait juste éviter le réveil qui va sonner dans la nuit !!!

2 commentaires:

Ed a dit…

Je conclus que bizarrement si j'aime Noël, ça doit être parce que je n'ai pas d'enfants !
Pour nous noël, c'est une soirée en amoureuses, un lendemain où l'on voit la famille que l'on aime, et le nouvel an, des soirées variées, toujours avec des amies, des idées nouvelles à chaque fois.
A part ça, les pères noël qu'on oublie sur les murs des maisons m'agacent aussi !

Ed a dit…

J'ai mis un com' mais il a disparu. Peut-être y a t il une modération...